« Le Covid est arrivé, les restos et les bars ont fermé… »

Ils avaient espéré une réouverture au 20 janvier, ce ne sera pas le cas et l’horizon n’est toujours pas dégagé. Les salariés du secteur « hôtels, cafés, restaurants » paient un lourd tribu à la crise sanitaire, depuis le premier confinement du 16 mars 2020. Témoignages de trois candidats au scrutin TPE.

« Je ne voulais pas travailler dans la restauration toute ma vie, mais j’aurais bien continué un peu… » Axelle Legrand, 20 ans, a terminé en septembre un contrat d’apprentissage de deux ans, pendant lesquels elle a alterné les cours à l’IUT de Nice en « techniques de commercialisation » et le travail dans un café de Beaulieu-sur-Mer (Alpes-Maritimes). « Une toute petite entreprise de trois salariés », dans laquelle elle avait déjà fait des extras. La clientèle ? Des parents qui prennent le café après avoir déposé les enfants à l’école le matin, des salariés du quartier qui viennent manger une salade ou un sandwich le midi et des retraités l’après-midi. Axelle fait le service mais l’autre moitié de son temps de travail est consacrée à « étudier les concurrents, leurs produits, voir ce qui attire les clients, ce qu’on peut améliorer… » Et puis « le Covid est arrivé, les restos et les bars ont fermé… », soupire-t-elle. Placée en chômage partiel, elle n’a repris qu’en juin. Elle a discuté avec son employeur de la possibilité de signer un autre contrat d’apprentissage, pour une année de licence. « Mais on s’est rendu compte que c’était trop incertain. Pleins de rumeurs circulaient… », confie-t-elle. Elle est désormais en licence, pour devenir manager dans la grande distribution et travaille chez Casino. Un secteur où, au contraire, « les chiffres d’affaires explosent ». « Dès la rentrée à l’école, on nous dit clairement de ne pas trop regarder nos heures », confie-t-elle, même si elle ne déplore pas, personnellement, d’abus.

« Ce n’est pas simple, quand on est habitué à se lever pour aller bosser »

A 47 ans, Ludovic Fague a également quitté le métier récemment. Après des débuts dans la logistique, plusieurs années comme saisonnier en restauration dans le Sud-Ouest, il s’installe il y a deux ans à Évreux (Eure). Embauche en CDI à temps plein, dans un bar-PMU : gestion du bar, des sandwiches, du relais-colis et du PMU. Son collègue s’occupe du tabac, du loto et des jeux à gratter. Les journées sont chargées mais son boulot lui plaît. Au confinement de mars, il goûte, lui aussi, au chômage partiel, car seul le tabac reste ouvert. « Psychologiquement, ce n’est pas simple, quand on est habitué à se lever pour aller bosser, raconte-t-il. Je bricole beaucoup, donc j’avais de quoi m’occuper, mais je me posais beaucoup de questions : “Vont-ils me reprendre? Faut-il rechercher un autre emploi ?” » « Je suis retourné avec joie au boulot, mais j’ai alors appris qu’ils avaient mis en vente le bar quelques mois plus tôt et qu’ils avaient un acheteur… » Le courant passe beaucoup moins bien avec le nouveau couple de propriétaires. « Je pense qu’ils ont fait en sorte que je m’en aille », analyse Ludovic. Son patron refuse la rupture conventionnelle, il démissionne quand il trouve un boulot dans une plate-forme logistique d’Évreux. Un retour au source pour lui, qui a été cariste pendant douze ans.

« Un employeur reste un employeur, mais je travaille dans une entreprise à taille humaine »

Eve Martinez, elle, a fait le chemin inverse d’Axelle. D’abord la grande distribution à Marseille, puis un bar-tabac entre Bastia et Corte, après s’être installée en Corse avec ses enfants, il y a quelques années. Elle cherche un poste de secrétaire, sans succès. « Je buvais le café dans ce bar, la patronne cherchait quelqu’un », résume-t-elle. Un contrat de 60 heures par mois, qui la contraint à jongler avec l’APL, les bourses des enfants… « Mais j’habite dans le village, donc je n’ai pas de frais d’essence. Et heureusement, le tabac est resté ouvert » et le bar vend quelques boissons à emporter, précise-t-elle. Elle continue donc de travailler. Tout n’est pas parfait dans son boulot, mais elle apprécie de travailler dans une entreprise « à taille humaine ». Si la situation l’oblige à changer de métier, une chose est sûre : « La distribution, je n’y mettrai plus jamais les pieds. Un jour, je me suis entendu dire: “Vous passez 37 articles à la minute, vous devez être à 39.” » 

« Les salariés des TPE ne sont pas seuls, les syndicats peuvent les aider »

Tous trois sont candidats à l’élection TPE : Axelle en Provence-Alpes-Côte-D’azur, Ludovic en Normandie, Eve en Corse. Avec sa maman militante à la CGT, Axelle est tombée dans la marmite quand elle était petite. Pour Ludovic, c’est beaucoup plus récent. Après son installation à Évreux, il a croisé par hasard des militants de la CGT, dont le secrétaire de l’Union départementale. La rencontre s’est faite… dans un bar, autour d’un jeu de fléchettes. Petit à petit, Ludovic s’est impliqué dans la vie de l’UD : « Je suis novice, mais comme j’ai travaillé dans beaucoup de domaines, je me suis rendu compte de beaucoup de choses. » Quant à Eve, son engagement remonte à sa période marseillaise, quand elle était déléguée syndicale chez ED. Quelle est l’importance, pour elle, d’être candidate à ce scrutin ? « Que les salariés des TPE sachent qu’ils ne sont pas seuls et que des syndicats peuvent les aider. »

Publié le 28 janvier 2021.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur print

Vos droits

Vos droits

Retrouvez dans cette rubrique toutes les informations concernant le droit des salariés des très petites entreprises.
Cliquez-ici

Vos questions

Vos questions

Retrouvez dans cette rubrique toutes les questions que vous vous poser concernant les élections ou votre situation.
Cliquez ici

Les Outils

Les outils

Retrouvez dans cette rubrique tous les outils de la CGT pour la campagne des élections professionnelles dans les TPE.
Cliquez ici

Conformément à la législation européenne en vigueur sur la protection des données, nous vous invitons à consulter les conditions d’utilisation de ce site